Volcanes y montanas cerca del Cotopaxi en Ecuador



latacunga

Savez-vous ce qu’est un tornero ? Tout simplement un magicien ! Le moyeu / attache de la carriole était complètement rompu. La soudure n’avait pas tenu. Seule solution, allé voir le magicien du fer… Il a ramassé par terre une pièce qui trainait dans son atelier, complètement disproportionnée par rapport à nos besoins. Et il a créé sur mesure, la pièce adéquate : 3 heures de travail tout de même ! Nous pensions arrêter la bicyclette, mais nous voilà de nouveau sur les routes d’Amérique du sud à vélo grâce au savoir-faire de ce sorcier du bricolage. Nous avons pour habitude de tout changer quand cela ne va pas en Europe, ici c’est différent. Heureusement pour nous !!!!

Nous abandonnons pour la dernière fois nos amis belges et leur mousse de chocolat. Nous avons passé quasiment 2 mois ensemble dans cette cordillère des Andes. Que de bons moments passés ensemble… de craquages gastronomiques… Bon retour en Belgique, amigos!

Au départ de Banos, la route principale nous monte au pied du Parc de Langantes, perdu dans les nuages. Après 1 500 m de dénivelée dans la journée, un repos mérité s’impose à Pillaro. Dur dur de trouver un logement en ce jour de fêtes, mais à force d’insister, nous trouvons des lits pour reposés nos corps endoloris. Nous empruntons le réseau secondaire des montagnes de l’équateur : petite route asphaltée dans les montagnes et avec peu de trafic. Les intersections sont de véritables arcs de triomphe d’information. Le réseau routier de l’Equateur est très bon pour la partie où nous roulons. Mais, nous déchantons vite quand il s’agit de retourner sur la panaméricaine.

Nous entrons enfin dans le parc du volcan Cotopaxi. Nous demandons les distances au gardien du parc pour savoir si nous pouvons atteindre l’air de camping. Il se trompe de quasiment 8 km en montée ce qui nous incitera à changer de plan. Mais comment peut-il avoir une telle méconnaissance de son outil de travail ? A vrai dire, les équatoriens ont très peu de notion des distances en km. Il parle en minutes de voiture. Toujours est-il que nous traversons l’ensemble du parc de bout en bout. Le volcan Cotopaxi ne nous fera pas l’honneur de dévoiler son cône : une prochaine fois sans doute. Cependant, nous prenons un petit déjeuner mémorable, le meilleur de notre voyage dans les Andes, au pied du volcan, dans une auberge pour riches européens. Il était vraiment crapuleux celui-là… dans le bon sens du terme, dans un cadre somptueux. La panse bien remplie, nous descendons pendant plus de 30 kms en mode VTT, dont la dernière section aura raison du pneu de Cédric, surchauffée par la multiplication des freinages. Il faut dire, la section pavé en pente raide n’était pas évidente à gérer. Nous croisons un groupe de VTTiste qui évite ce passage grâce à un transport 4*4.

Puis, retour sur la grande route, un périphérique de 50 km pour éviter Quito. La panaméricaine est une route vraiment difficile quand elle est sur une seule voie. Les bus et camions nous frôlent créant des appels d’air à vous retourner le cœur. Alors on roule le plus vite possible pour passer la douloureuse. La moindre erreur serait fatale car ces engins surdimensionnés par rapport à nous, roulent vite, très vite. Par ailleurs, nous ne savons pas s’il existe en Equateur des routes plates. Montée, descente, montée, descente… toujours à fort pourcentage. Les volcans ont forgé des paysages de toute beauté mais difficile à aménager.

Nous voilà rendu au milieu du monde. La ligne de l’Equateur, latitude 0’0’0. Mais que se passe-t-il à cet endroit si spécifique du monde ? Nos corps ne sentent rien de particulier en tout cas, pas de force centrifuge différente. Par contre, lors des équinoxes d’automne et du printemps, le soleil passe directement au zénith. Et toutes les étoiles passent au dessus de nos têtes, celles de l’hémisphère nord et celles de l’hémisphère sud

D’un pas à l’autre nous changeons d’hémisphère, du Nord au Sud, du Sud au Nord.

Les plus : toujours de beaux paysages, surtout sur les petites routes de montagne. C’est bon de rouler en vélo dans un parc national

Les moins : la panaméricaine : pas de pitié pour les vélos

Anecdote du moment : Tessa regarde la course cycliste des Jeux Olympiques de Londres : « Mais pourquoi ils n’ont pas de sacoches sur leurs vélos ? », dit-elle.

Un jeune branché de 25 ans nous informe que la prochaine ville est à 50 km avec quelques montées, et qu’il nous faudra une heure en vélo, le rigolo !!!! Au final, cette bourgade ne sera qu’à 12 km. Il est souvent difficile de demander sa route, car nous ne savons quasiment jamais si les informations sont fiables. Alors, on demande 2/3 fois pour recouper les informations, ou on emprunte une carte aux belges…

On a dormi la nuit dernière dans un hôtel de passes… matelas avec plastique, préservatif dans les tiroirs et prix très compétitifs !!!

6 Commentaires

  1. LiLi and co
    4 août 2012 - 20 h 22 min | Permalien

    Hola amigos!! Bonne continuation et profitez pleinement des derniers moments de votre merveilleux voyage!! Nous partons pour notre petite odyssée Romaine!!! On reviendra à temps pour vous accueillir à votre retour!!!
    Bisous d’amour à vous 3!!!

  2. christelle et raf
    5 août 2012 - 7 h 31 min | Permalien

    FELICITATIONS!!!!
    MISSION ACCOMPLIE!!!!!
    Gros bisous

  3. Olaf
    5 août 2012 - 16 h 45 min | Permalien

    Haha extra l’article, on a bien rigolé. Visiblement les petits déjeuners du Cotopaxi sont extraordinaires (cfr notre blog).
    On se réjouit de suivre vos aventures en Colombie.
    A bientôt sur le vieux continent

  4. James et Tristan
    5 août 2012 - 20 h 15 min | Permalien

    Whoop whoop Famille Brunet!
    Profitez bien des derniers moments de votre voyage!
    Gros bises et a bientôt!

  5. maite
    10 août 2012 - 6 h 08 min | Permalien

    bravo,malgre toutes les peripetie vous ete venue a bout de ce periple non sans

    mal quelque fois

    bisous a tous les trois

  6. Killian, Chiara et Manoah
    11 août 2012 - 13 h 52 min | Permalien

    bravo, bravo, et encore bravo !!!!!!!
    toujours de chouettes histoires à lire et des photos superbes !
    bonne route et à bientôt !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

# haut de page