Trek Tour des Huayhuash

 tour-huayhuash andes paso

Nous avons décidé de prendre un ariero (muletier) pour nous aider à porter les victuailles et tout l’équipement. Et surtout, un caballito (petit cheval) pour Tessa pour les 8 jours.

Après avoir acheté l’ensemble de la nourriture, l’aventure commence par une liaison en bus pour atteindre les contreforts du Huayhuash. Et comme toujours, c’est sans doute la partie la plus dangereuse, sur une petite route de montagne escarpée. Au premier village, première barrière : une femme nous demande 15 soles pour traverser le village. Incroyable. Ce sera le début des péages à randonnée.

Nous rencontrons sur le chemin Estelle et Baptiste, 2 français en vadrouille en Amérique du Sud. Nous partageons les premiers kms de sentiers ensemble, puis le diner sous la tente de Joël. Le luxe, une tente cuisine, ou tout le monde se collationne autour d’une bougie.

Durant la nuit, une personne se glisse dans l’auvent de nos amis, pour voler des barres de chocolat… et un appareil photo. Dur dur pour commencer cette aventure des Huayhuash. Nous ne sommes pas habitués au vol en haute montagne. En tout cas, ce sera l’excuse principale pour ne pas payer ou pour négocier une diminution du prix, car dès le premier jour, nous en sommes déjà à 25 soles par personne.

Les jours s’enchainent comme les péages randonnée : double barrière, plusieurs personnes aux postes. C’est effectivement le plus lucratif des métiers. Les check-points sont le temps de négociations douces et dures à la fois. Tout ce que l’on ne souhaite pas faire quand on est dans site comme celui-là.  Mais à force de négociation, nous avons économisé 100 soles.

Au 4ème jour, le campement de Viconga possède une piscine avec de l’eau chaude naturelle. Un vrai bonheur pour le trekkeur en quête de fraicheur et de délassement, et mettre au repos les articulations trentenaires.

Ici, les glaciers se jettent dans les lacs de montagne. L’altitude de ce trek culmine à 5 020 m, avec le mirador San Antonio. Carole et Tessa dépassent ainsi pour la première fois la barre symbolique des 5 000 m. Et Tessa n’a jamais eu mal à la tête ou au ventre. Aurait-elle des qualités naturelles pour l’altitude ?

Carole tombe sur une plante pleine d’épines. Cédric charcute ses fesses dans un hôpital de montagne improvisé.

2 jeunes filles attendaient depuis une heure autour du campement le matin. On se demandait pourquoi ? En fait, elles attendent que tous les trekkeurs partent pour récupérer les objets laissés. Et ce fut le cas pour Carole, avec une paire de chaussettes. Etant dans un esprit troublé par les péages à randonnée, notre esprit interprète négativement tous les faits et gestes des autochtones. Après discussion avec Joel, notre ariero, elles sont surtout là pour nettoyer le camp de base.

Tessa s’est parfaitement adaptée à ce trek de 8 jours en haute altitude. Elle enchaine le cheval et la randonnée pendant la journée. Elle se montre très attentionnée pour son cheval et ses ânes.

Durant ce trek, le temps a été très variable au début mais le soleil et le froid ont bien clôturés ce trek des Huayhuash. Joel fut un compagnon très agréable, avec comme expression favorite pssschittttt pour décrire les journées. Vu imprenable également sur le nevado Yerupaja, deuxième sommet du Pérou, qui culmine à 6 635 m. Nous avons pris le strict nécessaire pour la nourriture. Les gourmandises manquent, mais nous nous rattraperons à Huaraz.

Faut-il conseiller ce trek, considéré comme l’un des plus spectaculaires d’Amérique du Sud ?

Deux vols d’appareil photo, une tentative de vol d’un cheval, les camps de base ne sont vraiment pas sûrs, alors que nous payons seulement pour la sécurité. Par ailleurs, en 2004, 5 israéliens furent tués pour ne pas avoir donnés leurs affaires, et un couple d’américains tués en 2007.

Le Pérou, pays à forte vocation touristique, devrait faire attention à l’évolution des prix demandés aux touristes. Colca, Titicaca, Machu Picchu, Cuzco, Huaraz… des lieux à fortes fréquentations touristiques. Cependant il ne faut pas confondre le touriste comme une vache à lait que l’on traie jusqu’à n’en plus finir, sous le seul prétexte, que le gringo a de l’argent. De plus, les communautés augmentent exagérément les prix des péages, sans raison apparente, sans aucun service. Les enfants que nous croisons, demandent également de l’argent. Nos contacts avec la population se sont résumés à une question d’argent.

Les français ont une culture générale de la montagne, une montagne libre. Ce n’est pas étonnant de croiser beaucoup de français dans la cordillère des Andes au Pérou et en Bolivie. Si cette culture existe, c’est peut être en partie grâce à l’ouverture gratuite de ses espaces de montagne. D’où notre déception…

Huayhuash signifie écureuil. Aucun n’est venu nous saluer durant le trek. C’est pourquoi, nous baptiserons, avec nos amis français, le trek des « racketeurs de Huayhuash ». Cet endroit inspira grandement Joe simpson et sa célèbre aventure « la mort suspendue ».

Nous partons maintenant pour Huaraz, deux jours de vélos dans la cordillère des Andes.

Les plus : 8 jours de chevauchée fantastique  pour Tessa. Les glaciers, les lagunes… et la piscine chaude à 4400 m d’altitude.

Les moins : les communautés du tour, exaspérant !

Anecdote du moment :

  • 1ère : Carole qui ne porte pas de sac à dos, interpelle Cédric : tu peux porter le porte-monnaie, il est trop lourd !
  • 2ème : Joël nous indique que le prochain campement n’a pas de communauté sur place, mais qu’il y aura tout de même un cobrador (percepteur) pour encaisser l’entrée au campement.
  • 3ème : Tessa dit à l’ariero : « Sabes que hay un pueblo que se llama Cuzco. Mama se fue a la montana. Yo y me papa nos fuimos a l’orfelinat a donde hay ninos sin papa y sin mama. » Tessa est maintenant capable de faire ce type de phrase… cela laisse rêveur.

Descriptif / Topo du tour de Huayhuash en 8 jours, cliquez ici


5 Commentaires

  1. LiLi and co
    3 juillet 2012 - 20 h 21 min | Permalien

    Félicitations ma princesse, je suis fière de toi! Les photos sont magnifiques et l’âne est trop mignon!! Dommage que l’argent ait dégragé vos rapports avec les locaux!! Gros bisous d’amour et vivement le prochain article.

  2. sylvie
    4 juillet 2012 - 13 h 14 min | Permalien

    Encore une fois, les photos sont sublimes! Trek impressionant pour une petite fille magnifique de 3 ans et demi, ça promet.
    Gros bisous de toute la tribu

  3. I Palmacci
    5 juillet 2012 - 13 h 08 min | Permalien

    Un gros bisous !!!
    Com’è Tessa ? E’ ……….. bellissima !
    Ny

  4. maite
    6 juillet 2012 - 5 h 49 min | Permalien

    les photos sont encore incroyables

    tessa tu es magnifique sur ton poney je t embrasse partout partout ainsi que papa et maman mamy

  5. Adrien
    4 octobre 2015 - 16 h 05 min | Permalien

    Bonjour,

    Je voudrais me lancer dans ce trek qu’on m’a fortement recommandé pour sa beauté et en cherchant des informations dessus, je viens de tomber sur votre récit qui m’a un peu refroidi… Je voudrais savoir si vous avez ressenti une certaine insécurité envers les populations locales (notamment dans les campements). Nous le ferions en totale autonomie, donc je voudrais savoir s’il ce trek est sûr ou non ?

    Merci de votre réponse.

    Adrien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

# haut de page