Tous à Salta, le long de la cordillère des Andes

 andes-salta-ruta-serpent

 

Les villages se succèdent mais ne se ressemblent pas. Chilecito n’a aucun charme particulier. Toutefois, nous nous régalons dans un très bon restaurant entouré de cactus. Nous nous engageons pour un long périple sur la ruta 40 pour atteindre Salta. Et paf le chien ! Carole se fait piquer par un OVNI à 40 km/h dans l’oreille.  Le côté droit déformé de son visage lui doit un nouveau surnom : éléphant girl !

Les églises, les maisons en construction sont des terrains idéaux pour squatter le temps d’une nuit quand les orages grondent ! A Pituil, nous dormons sur l’estrade du village. Cédric regarde avec envie les locaux jouer au foot et Tessa admire les chevaux. Une belle stèle à la Plaza de armas rend hommage à l’instituteur pour son rôle actif pendant les périodes sombres de l’histoire de l’Argentine.

Puis, nous rencontrons un couple de canadien sympathique. Ils pédalent jusqu’en Alaska : respect. Ils n’utilisent pas trop le jargon québécois mais nous revisitons avec plaisir, les lieux visités il y a 3 ans. Nous pédalons  une bonne semaine avec eux. Par ailleurs, Cédric et Tessa mangent trop de glaces. Les maux de ventre se succèdent. La résolution est prise de faire une pause avec ces dernières.

Retour du ripio avec un col à 2 300 m. Une araignée géante traverse tranquillement la route devant Carole. Elle n’en revient pas mais ne s’arrête pas pour la photo. Dommage, pas d’étude du spécimen pour Tessa. Une pause s’impose à Los Nacimientos, dans une maison en construction. Même à l’abri, cela n’empêche pas un bébé scorpion de vouloir partager notre tente. Et nous découvrons  que les scorpions grimpent au mur !

La dernière église nous donnait vraiment envie de dormir à l’intérieur : pas un chat à l’horizon. Néanmoins, à partir de 18 heures, c’est le défilé des villageois. Mais nous aurons l’autorisation de rester dans la maison du seigneur.

Après un passage par Londres, courte pause au camping de Cafayate… ville chique ou de belles bodegas se succèdent. Piscine et raisins succulents, asado convivial avec la New Zélande et la Suisse, on est prêt pour repartir, sauf que …Les jours se suivent et ne se ressemblent pas : 25 km/h avec le vent dans le dos en montée et 14 km/h en descente avec le vent de face. Chercher l’erreur ! Dame nature ?

 Après les campos désertiques, nous roulons dans la splendide Quebrada de Las Conchas. Les pauses se multiplient pour prendre des photos. Et puis, le vent redevient violent comme en Patagonie. Il ne nous avait pas manqué celui-là ! Gorge du diable, obélisque, amphithéâtre… des noms évocateurs, façonné par le vent et les pluies, nous régale les yeux.  La traversée des rios s’avèrent parfois périlleuse mais sans grand danger. Les pieds se mouillent dans le « rio chocolate ». Tessa se régale et en perd même ses crocs !!!

Halte à Santa Barbara. Hollywood s’est-il inspiré de ce petit pueblito ? Sans doute non car une petite tribu aborigène occupe les lieux depuis des millénaires. Fortunato, el maestro , nous accueille chaleureusement dans son école. On partage de bons moments avec lui et ses 10 élèves le lendemain.

Les petites pauses pipi sont parfois très surprenantes. A quelques mètres, un serpent se faufile dans le sable. Il va très vite. Après le scorpion de la veille, Tessa continue l’apprentissage de la faune locale. Elle adore ! Maman un peu moins !

L’arrivée à Salta se réalise à grande vitesse. Une étape importante est franchie. Nous sommes au Nord de l’Argentine. Le compteur affiche 5 000 km. Nous n’avons jamais fait autant de vélo !! Et bientôt la fin de ce pays magique !

+ de 40 photos pour vous régaler!!!!!!!!!!!!

Les plus : notre premier serpent ! L’escuela para Tessa!

Les moins : Certains établissements pourraient faire un effort sur la qualité du conditionnement des glaces, car pour les gourmands comme nous, c’est parfois difficile à digérer ! Ras le bol des bestioles qui piquent toujours les même !!!

Anecdote du moment: L’araignée de la taille d’une main féminine sur la route ! Jacinthe, la québécoise qui va jusqu’en Alaska n’a jamais fait de vélo avant ! Courageuse ou loca ?

4 Commentaires

  1. I Palmacci
    5 mars 2012 - 7 h 37 min | Permalien

    Salut !!!! Incroyable 5000 km !!!!!!! BRAVOOOOOOOOOOOO!!!!!! Vous allez trop vite !!!
    Merci pour les photo !!!
    Un gros bisous !

  2. sylvie
    6 mars 2012 - 16 h 30 min | Permalien

    Vous êtes vraiment des grands malades!!!!! J’adore, c’est incroyable ce que vous faites… Photos exceptionnelles comme d’hab, on s’en régale. Tessa change beaucoup mais Léana la reconnait toujours.

    Gros bisous à tous les 3

  3. rich
    7 mars 2012 - 8 h 43 min | Permalien

    coucou les zamis

    chouette pleins de photos…je vois que carole continue à découvrir les petites betes….
    la bise
    rich

  4. LiLi and co
    8 mars 2012 - 8 h 37 min | Permalien

    Félicitations Carole!! Après les scorpions, araignée géante et serpent, je crois qu’il ne manque plus qu’un crocrodile!!! Mais peut-être qu’il y avait dans le rio chocolate!!!
    Je suis très fière de toi ma soeur adorée: tu développes un don pour l’écriture en même temps que tes mollets!! Continue d’avancer sans te retourner sur ce chemin qui te correspond bien!
    Je t’aime très fort.Lili, Giuseppe et bisous baveux de Jules!!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

# haut de page