Osorno, primera cumbre del odisea andina

vue lagos todos los santos

Puerto Varas est l’occasion de se reposer et de profiter des bonnes tables gourmandes.

Fort ressemblant au Fuji-Yama, l’Osorno trône sur la région de Puerto Varas et de Puerto Montt. En arrière-plan, on distingue le volcan Puehye et le Cordon de Caulle qui fume depuis quelques années maintenant. Le Vent souffle du Sud, nous ne serons donc pas gênés par les cendres.

Steffen, guide de l’agence Chile On Bord, me conseille d’y aller seul, contrairement à toutes les autres personnes que j’ai questionné.  « Tu sais, deux français sont morts à l’Osorno l’année dernière », m’ont-ils souvent rappelés. Cependant, Steffen me prête des piolets et des crampons. Bingo ! Nous discutons 4 heures sur les montagnes de la cordillère des Andes et la photographie. C’est un grand passionné fort sympathique. Je fonce avec le matériel et les bons conseils de ce guide.

Au refuge Teski, Damian, âgé de 3ans, et Tessa sont cul et chemise pendant 2 jours. Difficile sera la séparation ? Sucettes, glaces, jouets … et Damian. Le bonheur pour Tessa. Carole bouquine tranquillement dans ce charmant chalet.

Pour l’ascension de l’Osorno, les andinistes sont obligés de s’inscrire au bureau du CONAF, administration des parcs du Chili. Après avoir rempli le formulaire, le garde m’informe que je ne peux pas monter seul, et que je dois être accompagné par un guide. Eléments confirmés devant le panneau du Conaf : « Deber tomar un guia para la cumbre ». Il n’insiste pas dans ses explications car nous savons, lui comme moi, que j’irais seul quoi qu’il advienne. Nous nous quittons sous cet accord tacite.

Le matin, après avoir monté le long de la station de ski, les premiers névés apparaissent. Chaussés des crampons, quelques « grietas » sont apparentes sur le parcours, mais rien de bien méchant. Au sommet, vista imprenable sur les lagos los santos que nous naviguerons le lendemain. Le Tronador également, deuxième sommet de l’odyssée andine. Le sommet de l’Osorno est plutôt plat et paumatoire. Avec quelques nuages, l’orientation serait beaucoup plus compliquée !

Au final, une ascension facile et agréable depuis le refuge Teski, en 4 heures aller-retour, avec des points de vue à 360°.

Je viens d’apprendre qu’à Bariloche, le chocolat y est roi. J’ai hâte de déguster tout cela !

PLUS vue panoramique

MOINS aucun

ANECDOTE DU MOMENT exploser le pneu car la jante chauffer trop a cause des patins

 

8 Commentaires