Lago desertio y patagonia camp

andes_lago desertio

Après quelques jours à El Chalten, direction le Lago Desertio et la frontière argentine. Une route non goudronnée facile nous achemine rapidement vers le bateau à travers un décor de toute beauté, sans vent, jalonnée de lacs, rivières, cascades… et de 3 belges rencontrés sur la route. Ce peloton de voyageurs vagabonds se rend à vive allure vers la fin de route. Le capitaine Alberto, dixit el tiburon del lago, navigue jusqu’au poste frontière son embarcation « los Huemeles », vers un véritable havre de paix au milieu de la montagne. Chevaux, boutardes, lièvres et le fitzroy en toile de fond déjeunent avec nous, au petit matin.  Une véritable carte postale.

Et la commence la petite galère du jour. Grand départ pour 8 km de randonnée avec le vélo, ponctuée par de la boue jusqu’au genou, des rochers, des racines, des rivières glaciales et les taons. Cela nous oblige à de nombreux aller-retour pour transporter bagages, vélos et à la fin Tessa, complètement épuisée. A mi-parcours, la compagnie Belge facilite grandement notre parcours. Grand merci à Pif, Olivier et Thomas qui nous aide à tirer « el carito ». 9 heures pour traverser cette montagne, record battu : moins de 1 km/h !

Une piste cabossée typée très VTT sur 20 km conclue cette journée difficile à 22 heures jusqu’au poste frontière chilien, mais au combien réjouissante une fois réalisée. Les corps fourbus et courbaturés s’allongent docilement au coin du feu d’une petite cabane au bord de l’eau. Cette journée lance le début des 12 Travaux de l’Odyssée Andine.

+ : compagnie belge – le havre de paix au pied du Fitzory

 : portages de tout notre équipement sur un terrain cabossé

Anecdote du moment : première belle descente en VTT,  avec 2 petites chutes sans gravité

 

 

23 Commentaires