Huaraz et le Canyon del Pato

canyon-del-pato huaraz


Les adieux à la Casa Maria sont émouvants. Maria pleurent de ne plus revoir Tessa et toute la famille, les amis nous saluent pour notre départ. Entre Huaraz et Caraz, Carole crève par 2 fois sur route asphaltée en l’espace de 40 km : bizarre… Nous dormons 2 jours à Caraz pour remettre nos estomacs d’aplomb, et le confort de l’hôtel, avec un bon lit douillet nous aide bien à rester une nuit de plus.

Puis, à notre grande surprise, nous croisons 7 cyclo-randonneurs en descendant vers le canyon del Pato. Cela ne nous était pas arrivé depuis le Chili, et la carretera Austral. A vrai dire, c’est le seul passage de montagne et la route se rétrécissant, les voyageurs se retrouvent… Basque, australien, suisse, français, composent cette équipe qui descend vers Ushuaia.

La cordillère blanche et la cordillère noire, montagnes qui entourent notre route, se rejoignent au Canyon del Pato. Les montagnes s’entrechoquent à cet endroit-là. Bienvenue dans le monde minéral. Des parois verticales en haut et en bas bordent la route. 35 tunnels se succèdent. Lorsqu’un camion circule peu de temps avant notre passage, la poussière rend la visibilité quasi nulle ! Pilotage en mode automatique obligatoire… Mais heureusement, nous les prenons tous en légère descente. Nous croisons également de nombreuses maisons abandonnées ou des villages fantômes.

Après une petite réparation d’une crevaison à la nuit tombée, nous trouvons un campement à côté d’une cabane d’un muletier, qui transporte des minerais. Nous avons mangé sur des sacs d’or et dormi à coté… mais ils sont trop lourds à mettre dans la carriole. Cela sera pour une prochaine fois !
Comment l’Homme a-t-il pu construire une route ici ? Des vies entières d’hommes et de femmes ont dû être nécessaires pour façonner un itinéraire dans un univers aussi chaotique. Et puis quelques personnes vivent ici dans des maisonnettes ou des cabanons. A titre de comparaison, Livet/Gavet seraient une station de villégiature de premier choix. C’est dire les conditions difficiles au quotidien de ces personnes.
En tout cas, cela faisait bien longtemps que nous n’avions pas connu une piste aussi difficile : cailloux, sables, pointes saillantes, dolines et le vent fort de face : le cocktail explosif que le voyageur à vélo n’aime pas, et par moment déteste. Et avec le side-car, ce n’est pas évident pour manœuvrer sur cette piste. Carole vénère la route comme il se doit.
Après le village de Chuquiquara, nous campons dans un village de paysans près de l’école. Les enfants restent avec nous pendant le repas pris à la frontale. Tessa joue jusqu’au bout de la nuit, et comme toujours, les séparations sont difficiles. Nous descendons de plus en plus bas vers l’océan pacifique, les mouches carnassières sont ainsi de retour. Elles se régalent de nos jambes.
Arrivée sur la panaméricaine, la grande route du sud au nord des Amériques, nous prenons la décision de prendre le bus pour le Nord du Pérou, car la dangerosité de cette route ne nous incite pas au pédalage.

Les plus : l’extravagance du canyon del Pato, un incontournable du voyage à vélo.

Les moins : les objets volants minuscules non identifiés, le vent fort (on l’avait un peu oublié celui-là)

Anecdote du moment :
Tessa n’a jamais été perturbée par la nourriture, alors que papa et maman un peu tout de même…
Les enfants n’aiment pas notre purée Knorr, car ils préfèrent à coup sûr, leur pomme de terre maison.

5 Commentaires

  1. maite
    16 juillet 2012 - 2 h 42 min | Permalien

    cedric tu fais vraiment gringo

    carole conjugue le sort pour ne plus crever …..

    BISOUS

  2. Yuri
    16 juillet 2012 - 3 h 15 min | Permalien

    Como siempre el blog interesante-divetido-informativo.. abrazos

  3. LiLi and co
    23 juillet 2012 - 18 h 46 min | Permalien

    Hola amigos!!! Je suis d’accord avec Maité, tu ressembles à un gringo!!! Tessa est internationalement belle!!! et Carole est toujours la moins chanceuse du groupe!!!Courage et hasta la vista babies!!!

  4. claudine
    1 août 2012 - 17 h 27 min | Permalien

    On vous lit très souvent!
    Suis curieuse de voir comment Tessa retrouvera son pays ?
    Quelle belle aventure!
    Je vous embrasse
    Claudine

  5. claudine
    1 août 2012 - 17 h 27 min | Permalien

    On vous lit très souvent!
    Suis curieuse de voir comment Tessa retrouvera son pays ?
    Quelle belle aventure!
    Je vous embrasse
    Claudine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

# haut de page