Cordillera, volcans et scorpions sur la ruta 40

scorpion des andes

L’ensemble de l’équipe se retrouve à Las Lajas après la grosse avarie sur le vélo de KB. L’occasion nous est donnée de manger le plus gros hamburguesa de notre petite existence. Enorme ! Seul Cédric arrive à finir cet ovni gastronomique.

Nous traversons ensuite un désert semi-aride, jalonné de volcans, comme celui du Tromen et de quelques maisonnettes sur la fameuse ruta 40. Celle-ci délivre les premiers mirages. Ils apparaissent bizarrement quand nous avons faim, soif ou envie de faire une petite pause. Plus de 100 km sans habitation, c’est possible ici. De nombreux serpents sont écrasés sur la route. Normal, la chaleur est propice aux scorpions, serpents, et autres animaux du même genre. Alors cuidado ! Lors d’un campement dans le désert, le réveil fut très surprenant pour les filles. Un scorpion se reposait tranquillement sous la tente, à côté d’une sacoche. Et à notre grande surprise, un autre était caché de l’autre côté de la tente, beaucoup plus gros celui-là. Séquence photo et apprentissage de la biologie animale pour Tessa, et grosse frayeur pour Carole. Maintenant, il faudra faire attention lorsque nous enfilerons nos chaussures au petit matin afin d’éviter de reproduire la scène du mobil home dans Kill Bill.

Les villages et les villes sont de véritables oasis urbaines. Cependant, le sable est également extrêmement présent dans les rues. Ils nous seraient difficiles de vivre à l’année ici. Après quelques discussions avec des locaux, comme Juan de Barrancas, VTTiste confirmé, et des cyclotouristes belges et argentins venus du Nord, nous décidons de zapper une partie du ripio réputé comme très difficile grâce à un bus. Nous arrivons donc à San Rafael où les lieux de culte se succèdent, mais nous retiendrons surtout les glaces, el rey del pollo et la gentillesse de notre hébergeuse !
Puis nous enchainons pour un nouveau record à vélo avec 115 km dans la journée pour débarquer à Pareditas. Nous sommes accueillis par le dueno du village. Il nous offre son hospitalité. Après notre rencontre avec Sylvia, un professeur d’éducation physique, un nouveau plan se profile pour dormir à Mendoza.

RDV sur les traces de tessa pour + de photos, + de récits: http://www.cordillere-andes.com/le-coin-des-enfants/sur-les-traces-de-tessa

Les plus: peu de trafic mais les automobilistes s’arrêtent quand même pour nous ravitailler en eau quand on tend le bidon d’eau, et la gentillesse des habitants de Pareditas

Les moins: le chauffeur du bus qui nous arnaque

L’Anecdote du moment: la scène du bébé et papa scorpion sous la tente, mémorable !!

4 Commentaires