Bolivie, sentiments partagés

bolivie-2

Nous avons l’impression d’avoir traversé la Bolivie rapidement. Certes, le pays est petit, mais le sentiment intérieur d’un rendez-vous manqué. Ni le Salar d’ Uynui, ni le parc national de Sajama ne rattraperont cette opinion.

Après 5 mois de voyage, après avoir traversé l’Argentine et le Chili, il nous a été difficile de rebondir en Bolivie. Peu d’échanges avec la population, des boliviens plutôt tristes, accaparés sans doute par leur quotidien.

Nous ne sommes pour eux que des touristes avec un porte-monnaie. Les échanges se sont malheureusement résumés à cela. Et pourtant, l’organisation touristique de la Bolivie est faible. On pourrait donc imaginer le contraire. Alors, bien sûr, nous avons eu tout de même quelques bons moments en Bolivie.

La Paz, ville surprenante par son altitude et sa configuration circulaire, a phagocyté l’espace dans son ensemble. Chaque jour, des manifestations bloquent les routes de la Paz: infirmière, miniers, paysans… La casa de cyclista de Christian nous a permis de bien nous reposer. Nous partageons de bons moments avec Jason, Judith et les autres cyclistes de la casa. Les îles du lac Titicaca, lac le plus haut navigable au monde, nous rappelle la douceur de la méditerranée. Il est bon de pédaler au bord de l’eau… Mais c’est la première fois que nous pédalons avec la grêle, jambes nues. Cela fait très mal, surtout quand il n’y a aucun abri pour se protéger.

Nous sommes maintenant au Pérou. Les premiers échanges sont beaucoup plus fraternels. Le sourire, les poignées de mains, les conversations sont spontanées. Cela fait du bien. Il parait que les belges nous talonnent de près… wait and see!

Les plus : pédaler au bord du lac Titiaca, on a retrouvé la compagnie belge…

Les moins : peu d’échanges avec la population. Les commerçants tentent toujours de nous soustraire des bolivianos. A force, c’est lourd…

Anecdote du moment : Cédric est chambré par des Belges sur le domaine de la montagne. On aura tout vu !

 

5 Commentaires